18.04.2014
PKK dément toute implication dans l'attentat d’Antep
2012-08-21 10:54:06
Yazdir

Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a démenti toute implication dans l’attentat à la voiture piégée survenu lundi soir à Antep qui a tué neuf personnes et a blessé des dizaines d’autres.  Les nationalistes turcs ont incendié les locaux du parti kurde BDP.

« Nos forces n’ont aucun lien avec cet attentat. L’opinion publique sait bien que nos forces ne mènent pas des attaques contre les civils » a déclaré la branche armée du PKK, les Forces de défense populaire (HPG), dans un communiqué publié mardi 21 aout.

Neuf personnes ont été tuées dont quatre enfants et une femme et 69 autres ont été blessées dont 16 grièvement, selon le vice-premier ministre Besir Atalay.  Il a affirmé que l’attentat est survenu à 30 mettre de la préfecture de police.

Le principal parti kurde légal BDP a condamné l’attentat et a demandé aux autorités que toute la lumière soit faite pour trouver les auteurs de cet attentat.  Dénonçant la politique agressive du gouvernement, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, le parti kurde a appelé le gouvernement « à mener une politique radicale et courageuse pour une paix durable dans le pays. »

Locaux du parti kurde incendiés

Après l’attentat dans le centre-ville d’Antep, un groupe de nationalistes turcs ont attaqué les locaux du BDP avant de mettre le feu.  Mardi matin,  le batiment du même parti à Yavuzeli, un district de la ville d’Antep, ont également été incendiés par des nationalistes. Des bombes incendiaires ont été retrouvées devant un autre à Istanbul.

Il s’agit des réactions assez habituelles des nationalistes turcs encouragés par les autorités et dirigées contre les kurdes sous surveillance et la protection de la police. Les kurdes sont souvent victimes des lynchages racistes après les attentats visant la police ou l’armée.

Comme prévue, les médias turcs ont accusé le PKK, n’ayant besoin aucune preuve. Quelques députés AKP, parti au pouvoir du premier ministre Recep Tayyip Erdogan, ont même parlé d’«une collaboration PKK-Damas », toujours sans preuve, répétant les réactions habituelles du régime depuis 1984, début de l’insurrection armée kurde.

Le vice-premier ministre Atalay a accusé le PKK d'être à l'origine de cette attaque meurtrière, survenue au deuxième jour de la fête de l'Aïd al-Fitr, qui marque la fin du ramadan, alors que l’organisation avait annoncé dans un communiqué que ses forces éviteront les combats avec l’armée durant les trois tours de la fête.

L’organisation armée et populaire kurde a lancé une offensive sans précédant en juillet contre le régime turc qui refuse toute négociation en vue d’une solution pacifique et politique au problème kurde.  

Une vaste zone est sous contrôle du PKK depuis 23 juillet à Semdinli et depuis 4 aout à Cukurca, dans la région de Hakkari. La guérilla a pris le contrôle d’une autre zone près de la ville de Hakkari, après avoir lancé le 16 aout un assaut d’envergure contre plusieurs postes des forces de l’ordre.    



Galerie Photo 1 image

 
 
 
 
Voir les images
Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2011 - Courrier :info@actukurde.fr -Tous droits réservés RSS