24.04.2014
Violents affrontements : le PKK prend le contrôle d’une autre région
2012-09-03 15:25:40
Yazdir

La guérilla kurde a lancé dimanche 2 septembre une opération d’envergure contre les postes militaires et de police, ainsi que les bâtiments officiels dans le centre-ville de Beytussebap, dans la région de Sirnak. L’organisation a pris le contrôle de la région et a planté son drapeau sur la colline de Kelaresh, à 1km de Beytussebap.

Dix soldats et policiers ont été tués et huit autres ont été blessés, selon les autorités, mais le bilan serait encore plus lourd. Des sources locales parlent de dizaines de morts dans les rangs de l’armée turque. La guérilla a saisi de nombreuses armes et a fait sauter un pont, à 10km de la ville, affirme de son coté une source proche du PKK.

Les corps de soldats tués ou blessés ont été transportés par neuf hélicoptères de type Skorsky, affirme la même source. « Nous avons pris le contrôle de la ville de Beytussebap et ses environs » a déclaré la branche armée du PKK, dans un bref communiqué.

Le maire kurde de cette ville, Yusuf Temel, a également confirmé la prise de contrôle de la region par le PKK, affirmant que les soldats et les policiers sont rentrés dans les casernes. « Le drapeau du PKK a été planté sur la colline de Kelaresh, à 1 km de l’entrée de Beytussebap »  a dit le maire.  Seuls trois corps de combattants ont été trouvés après les affrontements.

Les zones sous contrôle du PKK se sont élargies depuis 23 juillet, début de l’opération « révolutionnaire » de la guérilla pour une autonomie démocratique. Les frontières entre l’Iran, l’Irak et la Turquie sont de facto supprimées.

400 km sous contrôle du PKK

Une vaste zone qui s'étend sur 300 à 400 km est sous contrôle du PKK dans la région de Hakkari depuis 23 juillet, avait déclaré Selahattin Demirtas, co-président du principal parti légal kurde BDP. « L’armée ne peut fournir le support logistique aux postes militaires que par voix aérienne » a-t-il affirmé  aux journalistes, lors d’une conférence de presse organisée le 28 aout à Diyarbakir. « Le problème kurde ne sera pas résolu avec des tanks et des canons. Le gouvernement doit abandonner sa politique sécuritaire. La guerre ne doit plus être un choix pour les deux parties et un processus de pourparlers doit être lancé » a-t-il ajouté.

Lourd bilan de la guerre

Plus de 400 soldats et policiers et 31 combattants ont été tués au cours du mois d’aout, selon un bilan fourni par la branche armée du PKK, les Forces de défense populaire (HPG). En outre, 18 personnes dont quatre soldats ont été « placées en garde à vue »,  des dizaines de véhicules militaires et d’armes ont été détruits, et de nombreuses armes ont été saisies par la guérilla qui a publié la liste des armes saisies et détruites.



Galerie Photo 1 image

 
 
 
 
Voir les images
Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2011 - Courrier :info@actukurde.fr -Tous droits réservés RSS