23.04.2014
Fin de la grève de la faim des kurdes après 52 jours
2012-04-21 11:15:56
Yazdir

Les 15 kurdes en grève de la faim illimitée depuis 1e mars à Strasbourg ont annoncé samedi 21 avril la fin de leur action, au 52e jour de leur grève, après avoir brisé le silence des institutions européennes face à la politique répressive de l’État turc.

« Nous déclarons que notre grève de la faim a atteint ses objectifs et qu'à partir de ce jour nous mettons fin à cette action » ont dit les grévistes devant quelque 200 personnes réunies devant l’Église St. Maurice. 

Le secrétaire général du Conseil de l’Europe Thorbjørn Jagland, le président du Parlement Européen Martin Schulz et le commissaire européen en charge de l'élargissement et de la politique de voisinage Stefan Füle, ainsi que plusieurs parlementaires comme Jürgen Klute, Hélène Flautre, José Bové et Leyla Zana avaient appelé les grévistes à mettre fin à leur grève.

Le PKK a également affirmé dans un communiqué que cette action a réussi à se faire entendre auprès de l’opinion publique,  tout en ajoutant qu’il s’agit d’un avertissement et que les kurdes resteront mobilisés.

Les prisonniers politiques kurdes qui observaient une grève de la faim depuis 15 février ont également annoncé avoir mis fin à la grève, dans un communiqué publié le 20 avril. Quelque 2 000 prisonniers kurdes ont participé à la grève pour dénoncer l’isolement du chef du PKK, Abdullah Öcalan et la répression anti-kurde, tant à l’intérieur de la prison qu’à l’extérieur.   

Voici la déclaration de 15 grévistes qui n'ont absorbé que des boissons sucrées ou salées pendant 52 jours : « Nous avons entamé le 1er mars 2012 une grève de la faim illimité dans le temps, qui est aujourd'hui à son 52ème jour. ‘Liberté à Ocalan et reconnaissance d'un statut aux Kurdes’ tels sont nos revendications.

Nous avons mis au cœur de notre action la santé du Président Apo, sa sécurité et sa liberté. Notre initiative, l'Initiative pour la Libération d'Ocalan, a formulé six revendications parmi lesquelles se trouve la cessation de l'isolement qui est imposé depuis tant d'années au Président Apo. Par ce biais, notre but était d'attirer l'attention de l'opinion publique sur ce système d'isolement renforcé mis en place sur l'Île d'Imrali et appliqué au seul Président Apo et pousser les institutions internationales concernées à agir en conséquence. Le Conseil de l'Europe, le Comité de Prévention de la Torture et la Cour Européenne des Droits de l'Homme sont resté jusqu'à lors très silencieux pendant la période de jugement du Président Apo comme face à ses conditions de détention hors normes, sa sécurité et sa santé et de manière générale contre toutes les atteintes portés à ses droits les plus élémentaires. Par ailleurs, voilà plus de neuf mois que nous sommes sans nouvelles du Président Apo, sa famille ni ses avocats ne sont autorisés à lui rendre visite, ce qui prouve une fois encore que lesdites institutions n'ont pas rempli pris leurs responsabilités. Nous sommes à un stade, plein de frustration, inacceptable par le peuple kurde et ses amis.

C'est pourquoi nous, 15 kurdes, dont 5 femmes, nous sommes en grève de la faim depuis plus de 52 jours afin d'une part prendre part à la campagne qui a été lancée pour la libération du Président Apo et d'autre part mettre fin à la frustration vécue par le peuple kurde en devenant son porte parole. Nous voulons annoncer à toute l'opinion publique que notre action entre dans une nouvelle phase. Il est clair que par notre action nous avons réussi à imposer l'idée de la reconnaissance des droits légitimes et fondamentaux du peuple kurde et celle de la libération du Président Apo. Cette idée a été clairement affirmée aux institutions européennes concernées et nous avons pu observé une vague de sympathie envers nos revendications ; ce qui ressort notamment de l'important élan de solidarité qui s'est formé autour du mouvement de libération du peuple kurde.

Par ailleurs, jamais le peuple kurde ne nous a laissés seuls, par ses mots, ses prières, son action et son labeur il nous a soutenu et a démontré à quel point il était actif dans l'espoir de la libération du Président Apo. La santé, la sécurité et la libération du Président Apo continueront d'être scandés dans le cadre d'une nouvelle campagne. L'idée fondatrice de cette campagne, la liberté est possible et elle s'acquiert par la lutte, est clairement encrée en chacun. A son 52ème jour, notre action dispose d'un très large soutien. Nous sommes aujourd'hui convaincus par les dernières déclarations que les institutions européennes vont effectuer les premiers pas dans la voie de la cessation de l'isolement qui pèse sur le Président Apo. A ce titre, les déclarations du Secrétariat du Conseil de l'Europe du 13 avril, de la Présidence du Parlement Européen du 18 avril, du conseil exécutif de l’Union des Communautés du Kurdistan-KCK- du 20 avril et de nombreuses rencontres faites avec différents amis ont permis de renforcer notre conviction en ce que nos revendications seront entendues par les différentes institutions et traduites en pratique. Afin de permettre à ces institutions d'accélérer leur action et de travailler dans de meilleures conditions, nous déclarons que notre grève de la faim a atteint ses objectifs et qu'à partir de ce jour nous mettons fin à cette action.

Nous tenons à remercier du fond du cœur le peuple Kurde, les amis européens et turcs et la presse alternative et d'opposition qui par leurs actions et leurs idées ne nous a jamais laissés seuls.

Enfin, nous n'oublions évidemment pas de remercier les responsables de l'Eglise Saint Maurice qui ont non seulement accepter de nous héberger mais qui ont été solidaires de notre action et nous ont accompagnés dans nos actions diplomatiques.

Les grévistes de la faim de l'initiative pour la Libération d'Ocalan »

 

 

 

 



Galerie Photo 4 image

 
 
 
 
Voir les images
Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2011 - Courrier :info@actukurde.fr -Tous droits réservés RSS