28.06.2017
Turquie : arrestations massives et violations graves des droits humains
2012-12-10 15:40:59
Yazdir

La Journée Mondiale des droits de l'homme, le 10 décembre, a été marquée par des arrestations et des violations massives des droits de l’humain en Turquie.  Plus de 100 personnes dont un maire et plusieurs responsables des ONG ont été arrêtées.  Les ONG dénoncent notamment la multiplication des violations du droit à la liberté d'expression et s’inquiètent des arrestations massives.

COUP D’ETAT CIVIL

87 kurdes ont été arrêtés samedi 8 décembre dans des opérations policières visant le principal parti kurde BDP, les mairies BDP et des ONG, notamment l’association des droits de l’humain (IHD), l’association pour la promotion de la langue kurde ( Kurdi-Der) et l’association de solidarité avec les familles de disparus de la Mésopotamie (MEYA-DER).  Le maire BDP de Siirt, Selim Sadak, figure parmi les kurdes arrêtés dans trois villes: Batman, Siirt et Mardin.

Le BDP a condamné fermement ces opérations menées dans le cadre de l’affaire KCK. « Les opérations KCK ont pour objectif de fermer le BDP. Toutes les étapes de ces opérations sont un coup d'Etat civil contre la démocratie» a déclaré Idris Baluken, vice-président du groupe parlementaire BDP. 

Le 10 décembre à Istanbul, une manifestation de l’Association de solidarité entre les familles des prisonniers (TAYAD) a été réprimée violemment par la police qui a arrêté 18 personnes. Dix autres membres du TAYAD avaient été arrêtés le dimanche, lord d’une manifestation pour protester contre les arrestations.

Toujours le 10 décembre, un tribunal de Diyarbakir a condamné trois responsables locaux du principal parti kurde BDP dont le maire de Karliova, Ferit Celik, à une peine total de 26 ans et 3 mois de prison, soit 8 ans et neuf mois de prisons pour chacun. Ils  étaient arrêtés en février 2012 dans le cadre de l’affaire KCK.

Actuellement, six députés, 36 maires, plus de 230 membres des conseils municipaux et 56 membres du conseil du BDP, ainsi que des dizaines de syndicalistes, journalistes, avocats, défenseurs des droits humains et intellectuels sont en prison.

Plus de 1000 personnes, en grande majorité des kurdes, ont été arrêtées au cours du seul mois de novembre. Parmi elles, au moins 232 mineurs, 263 étudiants et 40 lycéens, selon un bilan de l'ActuKurde.

En outre, treize autres demandes de levée d’immunité parlementaire ont été déposées à l’Assemblée. Neuf consternent les députés kurdes du BDP.  Le gouvernement turc avait demandé le 27 novembre à l'Assemblée nationale la levée d'immunité parlementaire des députés kurdes. Au total, les procureurs de la République ont déjà déposé 882 demandes de levée d’immunité auprès du Ministère de la Justice. Parmi elles, plus de 560 visent les 29 députés BDP  au parlement dont 180 au cours de cinq premiers mois de l’année 2012.

UNE ANNEE NOIRE

L’année 2012 a été une année noire pour les droits humains. « La pression du gouvernement sur la justice a pris une ampleur dangereuse » ont dénoncé lundi 10 décembre des ONG, dont l’Association des droits de l’humain (IHD), la Fondation des Droits de l’Humain en Turquie (TIHV) et l’Association des droits humain et la solidarité avec les opprimés (Mazlum-Der).

« La multiplication des arrestations et les procès engagés contre des milliers de personnes pour avoir exprimé leurs opinions montrent à quel point nous sommes face à des problèmes géants » ont-ils dit dans une déclaration commune lue lors d’une manifestation à Diyarbakir.  Ces ONG ont également exprimé leurs inquiétudes face aux arrestations massives.

35 VICTIMES D'EXECUTION EXTRAJUDICIAIRE

En 11 mois, 35 personnes ont été victimes d’exécution extrajudiciaire, 14 personnes ont été tuées par des mines, 19 autres ont été victimes de meurtres non-élucidés (Faili mechul), a affirmé Sezgin Tanrikulu, député CHP, parti kémaliste, lors d’une conférence de presse à Ankara

530 ENFANTS KURDES TUES

14 enfants ont été tués par des forces de l’ordre au cours de onze premiers mois de l’année 2012, dénonce de son coté l’association IHD.   Au moins 530 enfants ont été victimes de la guerre en 25 ans, entre 1988 et 2012. Parmi eux, 189 ont perdu leur vie durant les dix dernières années, soit depuis 2012, l’arrivée au pouvoir de l’AKP. Ces enfants sont été tués soit par des forces de l’ordre soit par des explosifs militaires.

Lire aussi

-Turquie, l’empire de la peur !

-Le gouvernement turc demande la levée d’immunité des députés kurdes



Galerie Photo 3 image

 
 
 
 
Voir les images
Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2012 - Courrier :actukurde@gmail.com -Tous droits réservés RSS