L’Assemblée de Corse vote une motion de solidarité avec les kurdes
2012-11-13 12:00:09

L’Assemblée de Corse a voté le 9 novembre une motion de solidarité avec le peuple kurde, appelant la Turquie à arrêter immédiatement ses opérations militaires et politiques contre les Kurdes.

Déposée par les groupes, « Elu(e)s communistes et citoyens du Front de Gauche », « Femu A Corsica », « Corse Social-Démocrate » et « Rassembler pour la Corse », la motion a été  adoptée à l’unanimité.

Cette motion fait suite à une visite en Corse d’une délégation kurde menée par le maire de Sur Abdullah Demirbas, entre le 23 et le 26 octobre. La délégation du principal parti kurde BDP avait été reçue par le président de l’Assemblée de Corse Dominique Bucchini et les groupes politiques.

L’Assemblée de Corse affirme que les kurdes sont héritiers d’une Histoire particulière et représentent  un peuple sans État confronté à la négation de ses droits.

« CONSIDERANT que le peuple Kurde constitue une entité sociale, spécifique et identifiable,

CONSIDERANT que les Kurdes sont héritiers d’une Histoire particulière,

CONSIDERANT que les Kurdes sont, depuis la fin de la première guerre mondiale, un peuple écartelé entre plusieurs États en raison de la partition de l’empire ottoman,

CONSIDERANT que les Kurdes sont les laissés pour compte de la création des États modernes du Proche-Orient,

CONSIDERANT que le peuple Kurde s’est trouvé divisé en minorités bafouées et maltraitées en Turquie, en Irak, en Syrie et en Iran,

CONSIDERANT que le Kurdistan est une réalité géographique façonnée par les siècles,

CONSIDERANT que les Kurdes sont les représentants d’une culture et d’une langue spécifique qui forgent une identité,

CONSIDERANT que les Kurdes représentent donc un peuple sans Etat confronté à la négation de ses droits,

CONSIDERANT qu’une nouvelle vague de répression menace depuis deux ans les Kurdes de Turquie qui souhaitent voir mieux reconnues leurs différences culturelles,

CONSIDERANT les centaines d’arrestations pour délit d’opinion, et notamment de dizaines d’enfants ou d’élus kurdes en Turquie,

CONSIDERANT les grèves de la faim en cours pour faire reconnaître les droits culturels des kurdes, en Turquie à titre principal  et en France par solidarité,

L’ASSEMBLEE DE CORSE

DEMANDE l’arrêt immédiat des opérations militaires et politiques contre les Kurdes.

DEMANDE à ce que les Droits de l'Homme et les dispositions des Conventions de Genève s'appliquent pleinement à toute personne incarcérée dans un établissement pénitencier turc, comprenant de ce fait les détenus dont l'emprisonnement est lié à leur engagement en faveur de la cause kurde.

DEMANDE la garantie constitutionnelle du droit de l’enseignement du kurde.

DEMANDE le droit pour les Kurdes d’utiliser la langue maternelle dans les structures administratives. »

Lire aussi:

La plus grande grève de la faim de l’histoire cherche à se faire entendre

Vague de violations des droits humains au Kurdistan de Turquie

L’Assemblée de Corse a reçu une délégation kurde

 

URL:
18/08/2017 12:48:42