Condamnation des élus et enquête contre 103 avocats
2012-06-02 10:30:08

Après avoir condamné plusieurs députés kurdes dont Leyla Zana à des peines de prisons, la justice turque a demandé la levée d’immunité parlementaire de huit députés du principal parti kurde BDP, a condamné un maire déjà emprisonné et ouvert une enquête cotre 103 avocats.

Condamnation des élus

Le 24 mai, la députée kurde Leyla Zana a été condamnée a 10 ans de prison par un tribunal de Diyarbakir, pour avoir violé neuf fois le Code pénal et la loi antiterrorisme en exprimant dans des discours « son soutien » au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et à son chef emprisonné, Abdullah Ocalan.

Le 25 mai, un tribunal d’Ankara a condamné la députée kurde Aysel Tugluk à 1 an et 15 jours de prison pour « propagande » du PKK.

Le 30 mai, le parquet turc a réclamé 10 ans de prison pour Ibrahim Ayhan, le député kurde emprisonné depuis octobre 2010, pour « appartenance » au PKK.

Le 1e juin, le maire du Batman Nejdet Atalay, emprisonné depuis 2009 dans l’affaire de KCK, a été commandé à 1 an et 8 mois de prison pour avoir qualifié Abdullah Ocalan de « leader du peuple kurde » dans une pétition.

Le 2 juin, la police turque a arrêté Sinan Uysal, le maire de Basverimli, dans le district de Silopi, lors d’une décente dans un hôtel à Diyarbakir, chef-lieu du Kurdistan de Turquie.

Procédure de levée d’immunité contre huit députés

En outre, le parquet de Diyarbakir a demandé le 31 mai la levée d’immunité parlementaire de huit députés dont les co-présidents du BDP et ceux du DTK, une plateforme d'associations et mouvements kurdes dont le BDP, dans le cadre de l’affaire KCK. Il s’agit de Selahattin Demirtaş et Gültan Kışanak, co-présidents du BDP, Ahmet Türk et Aysel Tugluk, co-présidents du DTK, ainsi que Nursel Aydogan, Emine Ayna, Sebahat Tuncel et Ayla Akat Ata. Ils sont tous accusés « être membres » de l'organisation KCK.

Le 2 juin, le parquet de Malatya a de son coté demandé la levée d’immunité parlementer de Gultan Kisanak et de Sabahat Tuncel, pour « propagande » du PKK.

Au cours des trois premiers mois du 2012, la justice turque a lancé au moins 120 reprises la procédure de levée d’immunité parlementaire contre les députés kurdes.

L’autorisation d’enquête contre 103 avocats

Le 30 mai, le ministère de la Justice a autorisé l’ouverture d’une enquête contre 103 avocats de barreaux pour avoir quitté la salle d’audience dans le procès de 152 politiciens kurdes dont des maires, en signe de protestation, le 11 aout 2011. La 6e cour d’assise de Diyarbakir avait porté plainte contre eux auprès du parquet de la République.

L’affaire KCK est lancée en avril 2009, quelques semaines après le succès historique du parti kurde lors des élections municipales. Près de 8 mille membres actifs du BDP sont en prison dans le cadre de cette affaire, sans parler de milliers d’autres arrestations sous prétexte de « lutter contre le terrorisme ». Parmi eux figurent 32 maires et six députés BDP, une quarantaine d’avocats et autant de syndicalistes, des centaines d’étudiants et de femmes activistes du BDP, plus de 90 journalistes et des centaines d’enfants. Cette liste grossit chaque semaine avec l’arrestation des dizaines d’autres.

URL:
18/04/2014 17:47:18