24.04.2014
France/Monde

Le parlement européen a commandé jeudi 17 avril dans une résolution les attaques visant les communautés kurdes et arméniennes en Syrie. La  résolution reconnait notamment les efforts du peuple kurde pour empêcher et combattre les violences interconfessionnelles.

La conférence du 1er avril 2014  mettait en valeur les acteurs du peuple Kurde sans les incriminer de « terroristes » comme dans les médias main-stream et think tanks. Ceci n’était pas un poisson d’Avril.

Les autorités allemandes auraient des preuves sur l'implication des services secrets turcs (MIT) dans l'assassinat de trois militantes kurdes à Paris, il y a plus d'un an, selon le magazine Der Spiegel.

Quelle collaboration attendent les autorités françaises de la part des autorités turques pour faire avancer l’enquête sur l'assassinat de trois femmes kurdes? C'est ce que le député européen Europe-Ecologie-Les-Verts (EELV) Sergio Coronado a demandé au ministre de l'Intérieur.

L'association de solidarité France-Kurdistan s'est adressée au Rédacteur en chef de l'AFP, à propos d'un article minimisant l'importance de la manifestation du 11 janvier à Paris.

Le quotidien communiste L'Humanité a lancé une pétition pour dire « non à une intervention militaire de la France en Syrie ».

Le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) condamne « le mutisme » de la communauté internationale face aux attaques visant le peuple kurde en Syrie. Il apporte son soutien à ce peuple « qui combatte à la fois le régime sanguinaire de Bachar Al Assad et les djihadistes.

Le Haut conseil des Amazighs de Libye annonce le retrait des Imazighen du Congrès général national libyen (Parlement) et fait savoir son rejet des institutions libyennes et leurs décisions.

Un mail et certaines informations mettent en cause « l’impartialité » du juge antiterroriste français Thierry Fragnoli et de la justice française.

L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) a adopté une approche "neutre" sur la question kurde, selon laquelle le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) n'est pas une organisation "terroriste".

Les tunisiens, surtout les jeunes, cherchent à mieux s’organiser pour poursuivre la révolution confisquée par le parti Ennahda, venu au pouvoir avec le soutien de l’argent. La peur est brisée et les gens n’hésitent plus à parler, tandis que le gouvernement joue la modération et la démocratie.


 
1

2

3

Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2011 - Courrier :info@actukurde.fr -Tous droits réservés RSS