21.04.2014
Opinions

Le Conseil national syrien, soutenu par l’Occident et le duo qataro-turc, a élu à sa tête un kurde, peu connu dans l’opposition et non-connu dans la lutte kurde.  L'Occident espère gagner la confiance des kurdes et des autres minorités, tout en refusant de satisfaire les revendications du peuple kurde.

La situation s’empire en Syrie, le plan Annan de sortie de crise est mort sous les explosions qui secouent Damas. Les kurdes devenus apparemment la cible des attaques multipliées sont également poussés dans le conflit alors qu’ils mènent leur propre combat loin des yeux. Les tam-tam de guerre retentissent fortement.

La délégation des Amitiés kurdes de Bretagne vient de rentrer du Kurdistan et livre ses premières impressions.

"Nous revenons en France avec des informations de terrain qu’il nous faudra restituer.

Le Moyen-Orient est bel et bien entré dans une guerre régionale, suite au conflit syrien. Au-delà des changements en Tunis, Égypte et en Libye,  la guerre syrienne a un caractère régional.  On constate que cette crise prend la forme d’une guerre allant de Méditerranée jusqu'en Afghanistan.

Les kurdes ne sont pas seulement les oubliés du conflit syrien, mais aussi des victimes de manipulations médiatiques. Loin des yeux qui les accusent, ils sont déterminés à construire leur autonomie démocratique.

Julien Cécillon, assistant de recherche pour le programme « Turquie contemporaine » de l'Institut français des relations internationales (Ifri), analyse la situation politique de la Turquie dix ans après l’arrivée au pouvoir de l’AKP.

Le parlement européen a adopté jeudi 29 mars le rapport 2011 sur les progrès accomplis par la Turquie.



2

3

4

5

6

Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2011 - Courrier :info@actukurde.fr -Tous droits réservés RSS