24.04.2014
Droits et libertés

Les condamnations, les arrestations et les agressions policières contre les journalistes se poursuivent en Turquie. Reporters sans frontières appelle le gouvernement turc à faire cesser les persécutions contre les professionnels des médias et les blogueurs.

La justice danoise a retiré le 3 juillet l'autorisation de diffusion de trois chaînes de télévision kurde. Il s’agit d’une condamnation plus lourde que celle prononcée au cours de l’année 2012, dénonce un journaliste de Roj TV. Les organisations kurdes appellent à descendre dans les rues.

La police turque a écrit « une épopée héroïque » lors des manifestations antigouvernementales, selon le premier ministre Recep Tayyip Erdogan qui a l’habitude de dire « mon policier ».

L’étudiante française, Elisa Couvert, arrêtée le 11 juin à Istanbul en marge de manifestations antigouvernementales, est retenue dans de mauvaises conditions de détention en attendant son expulsion.

« Elle a été informée samedi qu'elle sera expulsée.

Alors que la résistance de Gezi Park et le dialogue avec les autorités turques se poursuivent, la Fédération des droits de l’animal, une fondation des droits humains et un syndicat dressent un autre bilan de la violence policière contre les manifestants.

La croissance économique de la Turquie, tant vantée par le premier ministre et l’occident, n’améliore pas les conditions de travail, tout comme la situation de la liberté d’expression. Au moins 344 travailleurs ont été tués au cours des cinq premiers mois de l’année 2013.

Trois journalistes dont un kurde et un arménien ont été condamnés par la justice turque à des peines de prison allant 13 mois à 11 ans.

Reporters sans frontières condamne fermement les actes de violence délibérés auxquels se sont livrés des représentants de la police d’Istanbul à l’encontre de professionnels des médias ces derniers jours.

Le sociologue et chercheur italien Thomas Benedikter a été accusé par la justice turque de propagande en faveur  du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), pour son livre sur les autonomies régionales en Europe.

Le régime iranien a exécuté au moins 56 kurdes au cours de l'année 2012, sur 77 qui ont été condamnés à la peine de mort.  Près de 30 prisonniers politiques kurdes attendent en outre dans les couloirs de la mort.

Six journalistes kurdes ont été libérés par la justice turque, tandis que dix-sept procès ont été ouverts à l’encontre d’Ibrahim Güvenç, le rédacteur en chef du seul quotidien en langue kurde, Azadiya Welat, au cours des cinq mois de 2012.



1

2

3

4

Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2011 - Courrier :info@actukurde.fr -Tous droits réservés RSS