19.04.2014
160 ans de prison pour les syndicalistes
0000-00-00 00:00:00
Yazdir

Le régime AKP a condamné 25 syndicalistes dont le secrétaire général de la Confédération des syndicats des fonctionnaires  publics (KESK) à 6 ans et 3 mois prison pour chacun.

Accusés d’être membres d’une organisation « terroriste », les 25 syndicalistes membres de la confédération ont été condamnés lundi 28 novembre par la 8e cour d’assises d’Izmir à une peine totale de 157 ans et cinq mois de prison.

Parmi eux figurent Lami Ozgen, secrétaire général de la confédération et Sakine Esen Yilmaz, membre de la direction du syndicat des enseignants Egitim-Sen, au sein de la confédération KESK.

Plus de 30 syndicalistes, en majorité des enseignants, avaient été arrêtés en mai 2009 dans le cadre de l’affaire KCK, accusé d’être la branche politique du PKK qui, selon le premier ministre turc Recep Tayyi Erdogan, œuvre pour un État « parallèle », mais considéré par les opposants comme un complot politique du gouvernement pour intimider toute opposition.

Les avocats de la défense ont annoncés qu'ils feront appel du verdict. Environ 40 membres et responsables de la confédération KESK, dont au moins 21 enseignants membres du syndicat Egitim-Sen, sont en prison.

« Près de 120 fonctionnaires publics ont été tués dans les années 1990. Aujourd’hui, le concept n’a pas changé mais la forme » avait dit récemment à l’ActuKurde Mehmet Bozgeyik, le secrétaire générale du syndicat des enseignants. Pour lui, le parti au pouvoir AKP et la confrérie Gulen veulent intimider les opposants pour renforcer les syndicats et les organisations « partisans ».

Les écoles et les foyers de la confrérie de Fethullah Gulen dans la région kurde mènent une politique d'assimilation des Kurdes, sans jamais reconnaitre la légitimité de leurs revendications. Après la prise de contrôle de la police, de l’armée, des services secrets et de la justice, l’AKP et la confrérie ont lancé une véritable opération de « nettoyage » dans l’enseignement, visant notamment les étudiants et les enseignants kurdes.

Aujourd’hui, la Turquie d’Erdogan est devenue la plus grande prison du monde pour les avocats avec au moins 33,  pour les journalistes avec plus de 70, loin devant la Chine et l’Iran, les syndicalistes avec une quarantaine,  les étudiants avec 500, les enfants avec des centaines et les élus dont 18 maires et 8 députés.

Selon le Parti pour la paix et la démocratie (BDP), principale formation kurde qui siège au parlement, au moins 4 547 personnes ont été arrêtées et environ 2 000 personnes parmi elles ont été envoyées en prison,  au cours des sept derniers mois dans le cadre de l’affaire KCK,  sans compter l’arrestation des milliers d’autres accusées d’avoir des liens avec le PKK.



Galerie Photo 1 image

 
 
 
 
Voir les images
Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2011 - Courrier :info@actukurde.fr -Tous droits réservés RSS