18.08.2017
Des milliers de kurdes en grève de la faim collective
2012-11-17 17:06:25
Yazdir

De Diyarbakir à Hakkari en passant par İzmir et Istanbul, des milliers de personnes sont en grève de la faim  pour soutenir les prisonniers grévistes, défiant les interdictions et la menace policière.

La journée du 17 novembre a commencé par des interdictions et des arrestations pour les kurdes en Turquie. A l’appel du principal parti kurde BDP pour une grève de 48 heures au 67ème jour de grève de la faim des prisonniers politiques, des milliers de personnes ont participé à la grève de la faim dans toutes les villes kurdes et dans l’ouest de la Turquie.

DIYARBAKIR, LA VILLE ASSIÉGÉE PA LA POLICE

La grève de la faim collective prévue à Diyarbakir a été interdite par les autorités.  Selon l’association des droits de l’homme (IHD) la ville de Diyarbakir semblait avoir été assiégée par la police. Les commerçants ont baissé le rideau, en signe de soutien aux dix mille prisonniers politiques en grève de la faim depuis 12 septembre. Des soldats et des commandos de la police ont été déployés dans chaque coin, tandis que des blindés patrouillaient dans les rues de la ville. Les forces de l’ordre sont intervenues contre tout rassemblement avec des grenades lacrymogènes et des canons à eau.

A Van, des dizaines de milliers personnes se sont rassemblés malgré l’interdiction et l’intervention de la police. « Regardez ce qui se passe à Diyarbakir : des soldats, des policiers et des gendarmes sont dans les rues » a dit Selahattin Demirtas, le co-président du BDP, lors de ce meeting organisé à Van. Affirmant que les kurdes sont dans les rues du Kurdistan pour réclamer leurs droits légitimes en faisant face aux tanks, il s’est adressé au premier ministre Recep Tayyip Erdogan : « Si tu veux voir qui sont les terroristes, regardes les rues de Diyarbakir », faisant référence aux forces de l’ordre.

Le dirigeant kurde a affirmé que « le premier ministre Erdogan continue de commettre des crimes devant les yeux du monde ».

UN ENFANT A PERDU SON ŒIL

La police est intervenue violemment contre la grève de la faim collective à Yuksevova, dans la région d’Hakkari. De violents affrontements se sont déroulés pendant toute la journée. Deux enfants étaient parmi les blessés, dont un, âgé de 8 ans, a perdu son œil après avoir reçu en recevant une grenade lacrymogène. Des centaines de personnes ont observé la grève de la faim derrière des barricades dressées par des jeunes.

A Cizre, dans la région de Sirnak, la police a fait massivement usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau contre les grévistes dont de nombreuses femmes. Des grévistes ont riposté en lançant des pierres et des cocktails Molotov.

INTERVENTION VIOLENTE A ISTANBUL

La police d’Istanbul est intervenue contre les grévistes dans trois districts ; Sancaktepe, Esenyurt et Sultangazi, entraînant de nombreux blessés et arrestations. Parmi les blessés figurait Seyfettin Peker, le représentant du principal parti kurde BDP de Gaziosmanpasa.

A Bodrum, un groupe de nationalistes turcs, munis de bâtons et de pierres, ont attaqué le bâtiment du parti kurde BDP. Des attaques racistes et lynchages collectifs contre les kurdes ont  souvent lieu dans des villes turques. Les nationalistes turcs profitent d’une totale impunité dans ce pays où les discours antikurdes et racistes sont considérés comme “patriotisme”. Encouragés par les autorités et les médias turcs, les attaques racistes cotre les kurdes se sont multipliées de façon très inquiétante ces dernières années.

Des grèves et des manifestations ont également eu lieu menées dans des villes comme Agri, Bingol, Mus, Mardin, Urfa, Antep, Siirt, Ardahan, Bitls, Bursa, Antalya, Balikesir, Izmir, Denizli, Mersin et Manisa.

GRÈVE DE LA FAIM ILLIMITÉE EN EUROPE

La diaspora kurde était aussi dans les rues comme les jours précédents.  Alors que Yasin Emektar, réfugié kurde, poursuit sa grève de la faim illimitée  depuis 13 novembre devant le bâtiment de l'OFPRA, pour soutenir les prisonniers grévistes en Turquie, treize autres personnes ont occupé l’église de Heilig Kreuz-Passion dans le quartier de Kreuzberg à Berlin, en Allemagne pour observer une grève de la faim illimité.

A Bruxelles, une vingtaine de personne sont en grève de la faim illimité depuis 15 novembre au sein de l’église du Beguinage. Parmi les grévistes figurent le président du Kongra Gel Remzi Kartal,  président du Congres National du Kurdistan Tahir Kemalizadeh, membre du conseil du KCK Zubeyir Aydar, président du principal mouvement kurde iranien PJAK Hadji Ahmedi,  mais aussi le journaliste et écrivain kurde Gunay Aslan et l’écrivain Derwis Ferho,



Galerie Photo 15 image

 
 
 
 
Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2012 - Courrier :actukurde@gmail.com -Tous droits réservés RSS