18.04.2014
Au secours la police! un numéro contre la violence policière
2012-08-17 11:36:52
Yazdir

L’Association des avocats contemporains (CHD) lance un numéro contre la violence des policiers turcs, suite à de nombreux cas de violences et de tortures. Le sentiment d’être sans protection face à la violence policière et aux excès de la justice se repend dans le pays. 

Les citoyens sont sous la menace quotidienne de la police et des juges, ces instruments du gouvernement pour réduire au silence toute opposition, notamment les kurdes.  Les rapports des organisations des droits de l’homme sur les violations commises par des forces de l’ordre sont alarmants.

CHD lance le numéro '444 155 9 İMDAT POLİS' (Au secours la police), tandis qu’un « Conseil de torture », composé de cinq personnes, a été créé au sein du barreau d’Istanbul. Quelque 200 avocats sont prêts à intervenir contre la violence policière, en cas d’appel. La chambre des docteurs d’Istanbul (Tabipler Odası) se mobilisera également pour préparer immédiatement sur place un rapport sur la santé de la victime. Pour le moment, le travail a été lancé à Istanbul, mais l’association envisage de mettre progressivement en œuvre dans les autres villes.

Ce numéro, inspiré de « 155 Polis İmdat» (Police secours), est ouvert 24/24.  L’assistance psychologique sera également fournie, si nécessaire, aux victimes de violences et de tortures. 

Selon l’association, un rapport sera présenté tous les deux mois, dans lequel les commissariats et les centres de police qui constituent un risque seront aussi dénoncés.

Le 12 aout à Izmir, un accident a été survenu entre un véhicule de police et une voiture. Un policier a ensuite tiré sur trois frères, Emrah, Ercan et Erhan, tuant l’un d’entre eux et blessant les deux autres.

19 juin à Istanbul, Ahmet Koca, un automobiliste kurde âgé de 22 ans, a été arrêté dans le quartier de Fatih par des policiers  alors qu’il conduisait une femme enceinte à l’hôpital. Il a été tabassé mortellement pour avoir parlé en kurde. Les policiers qui ont violemment agressé ce kurde ont été libérés, tandis que la victime a été mise en examen et risque plus six ans de prison.

Le 28 mai à Yalova, Cayan Birben a été tué par une grenade de gaz lacrymogène tiré un policier alors qu’il tentait d’empêcher une bagarre.  

Violations des droits sont alarmantes

L’association des droits de l’humain (IHD) a dénoncé le 9 juillet dans un rapport semestriel les violations sans précédentes depuis 2002. Au moins 15.109 cas de violation des droits de l’humain ont été constatés au cours des six premiers mois de l’année 2012 dans la seule région kurde, selon le rapport. Toujours dans la région kurde, le rapport de l’IHD indique 398 cas de tortures et de mauvais traitements  ont été répertoriés en six mois, tandis que la Fondation des Droits de l’Humain en Turquie (TIHV) affirme avoir constaté quatre morts en garde à vue entre le 1er janvier et 21 juin 2012 à travers le pays contre cinq tout au long de l'année 2011.

La politique de « tolérance zéro contre la torture » du gouvernement AKP a pris ces dernières années la forme d’une politique de torture généralisée dans les rues par la violence policière contre toute manifestation et dans les prisons surpeuplées qui peuvent exploser à tout moment. 

Un tortionnaire promu

Preuve ?  Sedat Selim Ay, condamné à 11 mois de prison pour torture en 2002, a été récemment promu directeur adjoint de l’antiterrorisme. Il a aussi été mis en cause, parmi d’autres policiers, pour le viol d’une jeune femme. En 2007, la Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg avait condamné la Turquie à 5000 euros (6000 francs) pour ne pas avoir mené à bien cette enquête.

Aucune différance entre un livre et une bombe!

C’est « normal » quand le ministre de l’intérieur, Idris Naim Sahin, ne fait aucune différence entre un livre et une bombe.   « Il n’y a aucune différence entre le bombardement de l’artillerie et les articles écrits depuis Ankara» a-t-il dit, le 7 aout à Istanbul.  « Le conflit se poursuit avec le stylo et le livre à Istanbul » a-t-il ajouté, pour justifier les arrestations massives visant les journalistes et le principal parti kurde BDP.

Il avait récemment affirmé que le gaz lacrymogène employé par les forces de l’ordre n’avait « pas d’effets permanents » sur la santé. Le même ministre avait déclaré le 26 décembre 2011 que « le terrorisme » est soutenu à travers la peinture, la poésie et des articles, mais aussi par des pratiques artistiques et même scientifiques.  «(…) Il y a un autre pilier de la terreur : terreur psychologique, terreur scientifique. Il y a une arrière-cour qui nourri la terreur. Il y a aussi la propagande (…) Certains justifient la terreur et la soutiennent, à travers la peinture en la projetant sur la toile,  d’autres la reflètent dans la poésie ou en écrivant des articles (…) C’est ainsi qu’ils luttent contre ceux (les forces de l’ordre) qui luttent contre la terreur. »

La justice propage l’injustice

Les violations des droits de l’homme battent tous les records en Turquie, les forces de l’ordre continuent de bénéficier d’une immunité totale et la justice qui n’a jamais été aussi arbitraire propage l’injustice. La police exécute les gens en pleine rue, les enfants et les jeunes sont victimes de l’armée, les étudiants se font condamner à de lourdes peines pour avoir demandé l’enseignement gratuit, ainsi que des jeunes pour avoir jeté des œufs ou crier des slogans et des enfants pour jets de pierres. 

Alors que les assassins qui ont commis des atrocités pour le compte de l’Etat sont libérés un par un, les élus, les journalistes, les syndicalistes, les avocats, les défenseurs des droits de l’humain, les intellectuels sont incarcérés dans les prisons.

Port du keffieh, possession des œufs et des livres, partages sur facebook, des affiches, des pancartes et n’importe quel autre objet sont présentés comme des preuves « d'appartenance à une organisation terroriste. »  Les citoyens sont sans protection face à la violence policière et aux excès de la justice.



Galerie Photo 1 image

 
 
 
 
Voir les images
Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2011 - Courrier :info@actukurde.fr -Tous droits réservés RSS