20.04.2014
Sevil Sevimli risque 32 ans de prison
2012-08-11 10:44:37
Yazdir

Le parquet turc réclame 32 ans et 5 mois de prison pour Sevil Sevimli, l’étudiante franco-kurde libérée le 6 aout, après avoir passé près trois mois en prison.  Les prisons turques comptent aujourd’hui près de 3 000 étudiants et lyciens, tandis qu’une cinquantaine de milliers d’étudiants ont fait l’objet d’enquêtes disciplinaires depuis 2000.

Arrêtée le 10 mai, elle est accusée de liens avec « une organisation clandestine » d'extrême gauche d'avoir participé au défilé du 1er mai à Istanbul, et d'avoir assisté, comme des centaines de milliers d'autres personnes, à un concert du groupe Yorum, engagé à gauche.  Suite à une campagne médiatique,  elle est libérée sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter la Turquie.

Son procès aura lieu le 26 septembre. La 6e chambre de la Cour d’Assises de Bursa a validé le 10 aout l’acte d’accusation selon laquelle l’étudiante franco-kurde serait « une dirigeante d’une organisation armée », pour avoir participé à des activités légales.  

Voici les activités incriminés par le parquet :

-Participation aux funérailles d’un militant kurde en février 2012 à Istanbul. Le militant Ali Yildiz avait été tué à Dersim (Tunceli) en 1999 lors d’un affrontement avec l’armée turque. 15 ans plus tard, son corps a été déterré dans une fosse commune. Les corps des milliers d’autres kurdes sont toujours dans des fosses communes.  

-Distribution de la revue « Bağımsızlık Demokrasi Sosyalizm için Yürüyüş » (La marche pour l’indépendance, démocratie et socialisme).

-Distribution des tracts pour le concert du groupe Yorum,

-Rencontre avec le syndicat des enseignants « Egitim Sen » pour organiser la projection d’un documentaire sur la vie de Guler Zere, une militante d’extrême-gauche graciée par le Président de la République, Abdullah Gül, le 6 novembre 2009, alors qu’elle était atteinte d’un cancer en phase terminale.

-Affichage d’une pancarte en mars 2012 sur les murs d’une université pour dénoncer  l’arrestation des étudiants pour avoir demandé l’enseignement gratuit.

-Affichage pour la manifestation du 1e mai à Istanbul et participation à l’organisation de la manifestation en envoyant une délégation de 15 personnes comme des représentantes de l’association de la jeunesse d’Eskisehir.  

Près de 3 000 étudiants et lycéens en prison

La Turquie est incontestablement la plus grande prison du monde pour les étudiants.  Au moins 2 824 étudiants et lycéens étaient incarcérés fin janvier 2012, selon le ministre de la Justice turc. Parmi eux, 1 778 étudiants et lycéens sont placés en détention préventive et 1 046 autres sont condamnés sous l’accusation d’appartenance à une organisation « terroriste », affirme le ministre Sadullah Ergin.

Près la totalité de ces étudiants sont kurdes. Des objets comme des affiches, pancartes, livres, photos, keffieh, parapluies, citrons, œufs, confisqués lors des raids organisés au domicile des étudiants à la suite d’écoutes téléphoniques et de poursuites techniques sont présentés comme des preuves « d'appartenance à une organisation terroriste. »

50 000 étudiants ont fait l’objet d’enquêtes

Lorsque les policiers ne sont pas sur place, ce sont les administrations universitaires qui prennent le relais. Au moins 48 268 étudiants ont fait l’objet d’une enquête disciplinaire depuis 2000. Parmi eux, 34 818 étudiants ont été sanctionnés, 12 989 ont été éloignés dont 598 définitivement, selon un article paru en juin 2012 dans le journal Cumhuriyet.

En deux ans, entre 2010 et 2011, au moins 7.043 étudiants ont fait l’objet d’enquêtes dont 4.604 d’entre eux ont été éloignés de l’université et 55 étudiants ont été expulsés, avait récemment dit le ministre de l’Éducation Ömer Dincer, en réponse à une question d’un député de l’opposition.



Mots Clés :
32
ans
de
.
Galerie Photo 1 image

 
 
 
 
Voir les images
Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2011 - Courrier :info@actukurde.fr -Tous droits réservés RSS