20.04.2014
République iranienne de pendaison
2012-05-10 12:18:04
Yazdir

Un autre prisonnier politique kurde été condamné à mort par le régime iranien, au moment où les kurdes commémoraient cinq prisonniers dont trois enseignants et une femme, exécutés le 9 mai 2010.

Il s’agit de 4eme prisonnier politique condamné à mort depuis mi-avril. Selon des sources kurdes, la Cour révolutionnaire de Saghez a prononcé la peine de mort pour Simko Khurshidi sous l’accusation de  mohareb (inimitié à l'égard de Dieu) et de collaboration avec un parti kurde.

Arrêté en 2011 et transféré à la prison de Saghez au Kurdistan iranien, il a seulement 20 jours pour faire appel de sa condamnation dans ce pays où les droits de la défense n’existent pratiquement pas.  

Cette condamnation intervienne le jour de la commémoration du 2e anniversaire de l’exécution de cinq prisonniers politiques à Téhéran : les instituteurs Farzad Kamangar, Ali Heydarian et Farhad Vakili, la femme activiste kurde Shirin Alam Hooli et un autre prisonnier politique Mahdi Eslamian.

Le principal mouvement armé kurde en Iran PJAK et le PKK qui lutte contre Ankara depuis 30 ans, ainsi que le Congres National du Kurdistan, basé en Belgique et le principal mouvement des femmes kurdes KJB ont condamné fermement « les pratiques fascistes » de l’Iran.

Au cour de la première semaine du mois de mai,  le prisonnier politique Hosheng Razai a été condamné à la peine de mort par un tribunal de Teheran pour « collaboration » avec un parti kurde, à l’issue d’un procès qui n’a duré que quelques minutes.  Incarcéré à la prison d’Evin depuis deux ans, il n’a pas eu le droit d’accès à un avocat durant le procès.

La Cour révolutionnaire de Mahabad a également prononcé le 12 avril dernier la peine  de mort pour Sirwan Nijawi et Ibrabim Isa Pour, tous deux originaires de Sardasht au Kurdistan iranien.  Arrêtés le 14 juin 2011 et transférés récemment de la prison de Mahabad vers celle d’Oroumieh,  ils sont accusés de mouhareb et de collaboration avec un parti kurde contre le régime.  

22 prisonniers politiques kurdes menacés d’exécution

Dix prisonniers politiques kurdes ont été exécutés depuis 2007 par le régime iranien. Au moins 21 autres seraient toujours dans le quartier des condamnés à mort en raison de leur appartenance présumée à des organisations kurdes interdites et de leurs activités pour le compte de ces groupes.

Il s'agit de, Habibollah Latifi, Hebibulla Gulperipour, Sherko Moarefi, Anvar Rostami, Rostam Arkiya, Mostapha Salimi, Hassan Talai, Iraj Mohammadi, Rashid Akhkandi, Mohammad Amin Agoushi, Ahmad Pouladkani, Sayed Sami Hosseini, Sayed Jamal Mohammadi, Loqman Moradi, Zanyar Moradi, Aziz Mohamadzadeh, Abdoullah Sirouri, Bakhtiar Mimari, Hosheng Razai, Sirwan Nijawi, Ibrahim Isa Pour, Simko Khurshidi.

Quelque 600 exécutions en 2011

L’Iran se classe deuxième derrière la Chine pour le nombre d’exécutions menées chaque année, selon Amnesty International.  En 2011, Amnesty International a recensé quelque 600 exécutions en Iran dont environ 81 % pour des infractions liées à la législation sur les stupéfiants. Les condamnations sont presque toujours prononcées à l’issue de procès, lorsqu’ils existent, manifestement inéquitables.

« Les autorités iraniennes ne fournissent aucune statistique concernant le nombre d’exécutions annuelles, ni aucune information sur les personnes condamnées à mort. Il semble qu’elles dissimulent délibérément les informations sur l’ampleur des exécutions » affirme l’organisation dans une pétition lancée en janvier 2012  pour dire « stop aux exécutions pour des infractions liées à la drogue »



Galerie Photo 1 image

 
 
 
 
Voir les images
Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2011 - Courrier :info@actukurde.fr -Tous droits réservés RSS