18.04.2014
Massacre des kurdes : plainte contre la Turquie à la CPI
2012-01-28 10:37:53
Yazdir

Le principal parti kurde porte plainte contre la Turquie pour crime contre l’humanité auprès de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, après la mort de 34 civils kurdes dont 19 enfants dans les bombardements du 28 décembre.

Le parti pour la paix et la démocratie (BDP) qui siège au parlement turc a annoncé avoir porté plainte pour crime contre l’humanité auprès de la CPI, une juridiction permanente chargée de juger les personnes accusées de génocide, de crime contre l’humanité et de crime de guerre.

Le député BDP Hasip Kaplan a affirmé le 27 janvier que le gouvernement cherche à éclipser le massacre des kurdes, lors d’une conférence de presse à Ankara. Rappelant les massacrés   perpétrés dans le passé, il a dit que les déclarations et les pratiques des autorités montrent clairement que les vrais auteurs du massacre ne seront pas punis.  

Le dossier de plainte contient des photos, des témoignages de survivants, des rapports des organisations de défense des droits de l'Homme selon lesquels l’armée savait très bien que les personnes visées étaient des civils.

Le premier ministre Recep Tayyip Erdogan qui avait réagit 27 heures après le massacre, toute en refusant de s’excuser auprès des familles, n’avait pas hésité début janvier à féliciter l’armée turque pour sa « sensibilité » envers des civils.

Les autorités judicaires ne donnent aucune information sur le dossier, cause de la confidentialité de l'enquête, et les images prises par le drone qui surveillait la zone au moment du massacre n’ont envoyé au Parquet de Diyarbakir que 27 jours  plus tard.

Le 24 janvier, il a annoncé avoir augmenté l’indemnisation de 23 000 à 123 000 TL, ce qui a mis en colère les familles de victimes qui ont dénoncé « le pot-de-vin » du gouvernement pour faire oublier le massacre. Réponse commune : « Nos âmes ne sont pas vendus », « Ce n’est pas l’argent que nous voulons, mais la punition des assassins ! »

Le massacre a été planifié à Ankara, selon le parti kurde qui affirme que le but du bombardement était de ne laisser aucun témoin. « C’est clairement un massacre de civils, le dissimuler serait un crime contre l’humanité » avait déclaré Selahattin Demirtas, au lendemain du massacre.



Galerie Photo 1 image

 
 
 
 
Voir les images
Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2011 - Courrier :info@actukurde.fr -Tous droits réservés RSS