18.04.2014
Quelle différence entre Timochenko et les prisonniers kurdes-palestiniens?
0000-00-00 00:00:00
Yazdir

Au moment où l’ex-Premier ministre ukrainienne Ioulia Timochenko entamait le 20 avril son premier jour de grève de la faim, 15 kurdes étaient en grève depuis 51 jours à Strasbourg et quelque deux mille prisonniers politiques kurdes dont des élus avaient participé aux grèves depuis 15 février, tandis que les 1200 prisonniers palestiniens observaient leur quatrième jour de grève.

Ioulia Timochenko est l’égérie de la "révolution orange" en Ukraine en 2004, selon les médias occidentaux qui l’avaient même baptisé  la « Jeanne d'Arc ukrainienne ».

Condamnée en octobre à sept ans de prison pour abus de pouvoir à l'époque où elle dirigeait le gouvernement, elle a été incarcérée en août 2011. L’ex-Premier ministre mène une en grève de la faim depuis le 20 avril et affirme avoir subi des violences en prison.

La réaction a été immense. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle  a menacé de bloquer la ratification de l'accord d'association UE/Ukraine, en raison des mauvais traitements, dans un entretien le 3 mai.  Le gouvernement autrichien a décidé de boycotter les matchs de l'Euro 2012 de football qui doivent se tenir en Ukraine.

A Strasbourg, 15 kurdes ont observé une grève de la faim pendant 52 jours, entre le 1er mars et 21 avril. Quelque deux mille prisonniers politiques kurdes dont six députés et des maires ont participé à la grève de la faim lancée le 15 février par 400 prisonniers dans les prisons turques. Parmi eux 15 prisonniers ont conduit leur grève illimitée jusqu’à 52 jours dans la prison d’Osmaniye pour protester contre les conditions inhumaines et la torture quotidienne.

Aucune réaction des gouvernements européens, ni même face à la répression fascisante contre toute forme d’opposition dans ce pays ! L'Association des droits de l’Homme (IHD) affirme dans son rapport annuel que  les violations des droits de l’homme ont atteint un niveau record en Turquie au cours de l’année 2011, avec plus de 12.600 arrestations et 3.252 cas de torture et de mauvais traitement, dénonçant l’institutionnalisation de l’État policier.

Plus de 600 étudiants, près de 100 journalistes, 32 maires et six députés kurdes, une quarantaine de syndicalistes et autant d’avocats sont actuellement en prison. Toujours pas de réaction !

Le 17 avril, 1 200 prisonniers palestiniens ont entamé une grève de la faim illimitée, afin d'obtenir des droits élémentaires. Aujourd’hui le nombre des grévistes de la faim atteint 3000, selon des sources palestiniennes, et les gouvernements européens ne disent mot ! Un silence total au niveau gouvernemental !



Galerie Photo 1 image

 
 
 
 
Voir les images
Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2011 - Courrier :info@actukurde.fr -Tous droits réservés RSS