24.04.2014
La guerre régionale au Moyen-Orient
2012-04-10 09:06:00
Yazdir

Le Moyen-Orient est bel et bien entré dans une guerre régionale, suite au conflit syrien. Au-delà des changements en Tunis, Égypte et en Libye,  la guerre syrienne a un caractère régional.  On constate que cette crise prend la forme d’une guerre allant de Méditerranée jusqu'en Afghanistan.

La réorganisation de la région selon les nouveaux intérêts de l’hégémonie occidentale s’annonce compliqué. Le facteur  Iran et Russie change le don. La Syrie tente de gagner du temps et la mission de l’émissaire spéciale de l’ONU et de la Ligue arabe, Kofi Annan, ne change rien au fond mais peut-être qu’elle a aussi pour objectif de faire gagner du temps, car les décisions ont été prises,  la guerre est déclarée. Une guerre dont l’avenir est incertaine.

En Syrie, il ne s’agit pas d’un conflit intérieur mais d’une guerre régionale et un conflit de caractère extérieur. Jusqu’ici, le principal objectif des États-Unis était la chute du régime pour l’isolement de l’Iran avant une attaque frontale. Mais tant que l’Iran reste un pays si fort, le conflit syrien risque d’aboutir à échec total pour les puissants occidentaux.

Selon, un spécialiste kurde du Moyen-Orient, les États-Unis ont considéré qu’une intervention contre la Syrie serait une erreur si l’Iran garde sa forte position, ce qui aurait conduit  les États-Unis à prendre la décision d’affaiblir le régime iranien d’abord, tout en maintenant sa politique visant la chute du régime Bachar al-Assad afin d’encercler l’Iran ensuite.

Ce qui veut dire que les intérêts économiques et militaires iraniens seront les prochaines cibles des attaques, ainsi la politique américaine coïncide avec celle de l’Israël.

Jusqu’aujourd’hui, c’était la position américaine qui reportait une éventuelle intervention militaire contre l’Iran, alors qu’aujourd’hui elle est devenue réelle plus que jamais.  Cependant, cette guerre peut être reportée après les élections présidentielles américaines.

Quant à la Turquie, il faut tout d’abord constater que le modèle turc tant vanté par les occidentaux s’est effondré et la politique de zéro-problème avec les voisins est un échec complet. L’ami proche de Bachar al-Assad, le premier ministre Recep Tayyip Erdogan est pour une intervention de l’ONU contre la Syrie. Il critique aussi sévèrement le régime iranien avec qui son gouvernement menait des opérations conjointes contre les kurdes.

Le premier souci du régime turc en rapport avec la Syrie est le sort des kurdes qui font cavalier seul, en mettant en œuvre leur projet d’autonomie démocratique. Les kurdes sont à la fois contre le régime Assad et contre le Conseil National Syrien (CNS), soutenu par l’Occident et le duo qataro-turc, car la Syrie d’avenir préconisée par le CNS ne satisfait pas les kurdes, puisqu’elle n’est pas différant que le régime actuel concernant ce problème.

Le vrai visage du régime Erdogan (premier ministre turc) est plus que jamais dévoilé, tant à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur. Répressif et fascisant à l’intérieur contre toute opposition notamment contre les kurdes, et complice à l’extérieur, ce qui fait voir que son rôle est réduit à l’exécuteur des décisions prises par les États-Unis, soit le rôle d’un tâcheron.  C’est un rôle qui conduit la Turquie et la région vers une catastrophe.

Cette guerre régionale présente une situation sérieuse et dangereuse pour toutes les forces. Pour le spécialiste kurde, la situation rappelle la période de la Première Guerre Mondiale où les dirigeants turcs de l’époque ont provoqué un désastre humanitaire. Par contre, la situation n’est pas la même pour une répétition de la même politique toute en maintenant  l’intégrité territoriale et le régime actuel.

Ce qui se passe au Moyen-Orient est une guerre entre les méchants : les puissants occidentaux anti-sociaux avec ses alliés dictateurs déguisés en démocratie contre les régimes répressifs et cruels de la région.



Galerie Photo 1 image

 
 
 
 
Voir les images
Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2011 - Courrier :info@actukurde.fr -Tous droits réservés RSS