20.04.2014
L'ETA appelle à un dialogue direct avec le gouvernement français
2012-03-09 20:02:20
Yazdir

Alors que le l’État français continue d’ignorer son « problème basque », l’organisation indépendantiste ETA appelle le gouvernement français à entamer un dialogue direct concernant les conséquences du conflit.

L’organisation socialiste révolutionnaire basque de libération nationale ETA qui a décidé en octobre 2011 l'arrêt définitif de son activité armée s’est adressé à la société française, dans un communiqué publié par le journal Gara. 

Considérant quʼil existe une opportunité réelle de construire une paix juste, basée sur la résolution de ce conflit séculaire, l’organisation espère que « le gouvernement français réponde positivement à la possibilité de mettre fin définitivement aux conséquences du conflit, en entamant pour cela des discussions directes avec l’ETA.»

« Alors que quatre longs mois se sont écoulés depuis que ETA a annoncé la fin de son action armée et a appelé le gouvernement français à entamer un dialogue direct concernant les conséquences du conflit, ETA veut faire part à la société française de ses réflexions :

Après de longues années de confrontation armée, lʼoccasion de dépasser celle-ci est ouverte. Nous sommes face à lʼenjeu de construire la paix juste et durable qui permettra la résolution dʼun conflit historique et qui mettra fin définitivement à des décennies de souffrances.

Les décideurs français, dans leur discours, ont lʼhabitude de présenter le « problème basque » comme sʼil sʼagissait dʼune question relevant de lʼEspagne, occultant ainsi la responsabilité directe de lʼEtat français.

Pourtant, autant la France que lʼEspagne nient la réalité nationale dʼEuskal Herria et le droit des Basques à décider de leur avenir. Le centralisme de lʼEtat français ne concède aucune reconnaissance politique aux territoires de Labourd, Basse-Navarre et Soule et continue à faire la sourde oreille face à la revendication du Pays Basque pour un cadre institutionnel spécifique.

LʼEtat français sʼassocie, par ailleurs, à lʼEspagne dans sa stratégie répressive à lʼencontre de la résistance basque, depuis le franquisme jusquʼà aujourdʼhui. LʼEtat français a été directement impliqué dans la guerre sale, dans les disparitions de militant(e)s basques et dans des cas de torture. Parfois, en fermant les yeux sur ces affaires et dʼautres fois, en les protégeant sciemment.

Il persécute et arrête les militant(e)s qui travaillent en faveur dʼEuskal Herria, ainsi que les réfugié(e)s politiques. Au jour dʼaujourdʼhui, 140 prisonnier(e)s politiques basques sont dispersé(e)s dans les prisons françaises.

Le 17 octobre dernier, des personnalités de renom international ont signé la déclaration dʼAiete. A travers celle-ci, ils ont défini une feuille de route rassemblant les éléments pour la résolution du conflit et indiquant la responsabilité des deux États.

ETA a répondu positivement au premier point de cette déclaration, le 20 Octobre. Tout en annonçant la fin définitive de son action armée, ETA en appelait aux gouvernements français et espagnol afin qu'ils ouvrent un dialogue direct dont lʼobjectif serait de résoudre les conséquences du conflit.

Jusquʼà présent la seule réponse apportée par les responsables du gouvernement français a été dʼaffirmer quʼils appliqueront ce que le gouvernement espagnol ordonne. Et au lieu de sʼimpliquer dans la résolution du conflit, ils ont continué dans la voie répressive, arrêtant des militants basques, maintenant la politique de vengeance envers les prisonnier(e)s politiques basques et remettant aux mains de lʼEtat espagnol des citoyen(ne)s basques par le biais des mandats dʼarrêt européen.

La majorité des acteurs politiques et sociaux du Labourd, Basse-Navarre et Soule se sont prononcés contre cette attitude. Au-delà des positions politiques divergentes quant au passé et à lʼavenir, ils sont largement dʼaccord pour souligner que, face à cette occasion historique, des engagements et des actes de la part de la France sont nécessaires.

Pour toutes ces raisons, ETA considère quʼil existe une opportunité réelle de construire une paix juste, basée sur la résolution de ce conflit séculaire. Nous pensons que les citoyens basques espèrent que le gouvernement français réponde positivement à la possibilité de mettre fin définitivement aux conséquences du conflit, en entamant pour cela des discussions directes avec ETA.

Comme le stipule la déclaration dʼAiete, pour que la résolution soit ferme et durable, il convient aussi de répondre aux causes politiques qui sont à lʼorigine du conflit. ETA considère que les forces politiques, syndicales et sociales basques seront à même de trouver les accords politiques nécessaires à cela.

Nous pensons que la France a un rôle essentiel à jouer dans la résolution juste et rationnelle de ce conflit historique et nous sommes convaincus que cʼest le souhait de la société basque.

Pour terminer, ETA tient à exprimer sa reconnaissance et sa gratitude à toutes les personnes qui, en France, ont soutenu et soutiennent la cause du peuple basque. ETA les invite à poursuivre leur effort afin de tirer pleinement profit de lʼopportunité ouverte. »



Galerie Photo 1 image

 
 
 
 
Voir les images
Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2011 - Courrier :info@actukurde.fr -Tous droits réservés RSS